Monsieur le Président de l’Assemblée des Etats Parties de la Cour pénale internationale,
Monsieur le Président de la Cour,
Madame le Procureur de la Cour,
Monsieur le Greffier de la Cour,
Mesdames et Messieurs les représentants des Etats Parties,

C’est avec honneur que je m’adresse à la 17ème session de l’Assemblée des Etats Parties de la Cour pénale internationale, au nom de mon pays, la République du Mali.

Je voudrais tout d’abord adresser mes chaleureuses félicitations à Monsieur le Président de l’Assemblée des Etats Parties pour son engagement constant et soutenu en faveur des Droits de l’Homme. Je suis persuadé que sous votre leadership, les relations entre la CPI et les Etats parties seront davantage renforcées.

Mesdames et Messieurs,
A l’aune des 20 ans du Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale, le Mali note avec satisfaction les progrès enregistrés dans le cadre de la lutte contre l’impunité. Toutefois, de nombreux défis restent à relever, ce qui requiert aussi de nos Etats de renforcer notre soutien et notre coopération avec la Cour.
Au Mali, nous sommes persuadés de l'importance de cette juridiction, dont l'action est déterminante dans la prévention et la sanction des crimes les plus graves.

Mesdames et Messieurs,
L’aspiration du peuple malien et son Gouvernement à une justice impartiale et crédible est d'autant plus légitime et fondée que notre pays est, malheureusement, le théâtre depuis 2012, des crimes les plus graves en particulier dans sa partie septentrionale. 
En effet, de paisibles populations ont subi les pires atrocités ayant consisté en des exécutions sommaires, des viols, des amputations, des destructions d'édifices de culte et de monuments historiques.
Cette barbarie vécue par nos populations, qui trouve encore des échos sous d'autres cieux, est hélas d'une actualité récente. La multiplication des crimes les plus abominables justifie l'action judiciaire de la Cour pénale internationale qui est complémentaire de l'action engagée par les autorités judiciaires du Mali contre les auteurs de ces atrocités.

Mesdames et Messieurs,
C’est face à cette situation que le Mali a saisi le Procureur de la Cour pénale internationale pour diligenter une enquête. 
Les efforts de la Cour et des autorités maliennes ont permis l’arrestation de deux suspects ont été arrêtés et leur transfèrement à La Haye le 25 septembre 2015 et le 31 mars 2018. 
Grâce à la diligence de la Cour et la coopération du Gouvernement du Mali, le premier Al Faqi a fait l’objet d’une condamnation pénale assortie d’une ordonnance de réparation. 
Je voudrais saisir cette opportunité pour adresser mes sincères félicitations à Madame le Procureur Fatou Bensouda pour son leadership, sa grande détermination et son engagement pour une justice efficace, indépendante et impartiale. 
C’est l’occasion pour moi de réitérer le soutien du Gouvernement du Mali au Bureau du Procureur.

Mesdames et Messieurs 
Le Gouvernement du Mali a pris les dispositions nécessaires pour renforcer son système judiciaire afin de l'adapter aux nouveaux défis liés au terrorisme. Il s’agit entre autres de la création d’un pôle judiciaire spécialisé ayant une compétence nationale en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée.

Mesdames et Messieurs, 
Le Mali reconnait l’importance des enquêtes financières en vue du recouvrement des avoirs des personnes reconnues coupables pour l’efficacité des procédures judiciaires et la réparation due aux victimes si l’accusé est déclaré coupable par les juges, conformément à la Déclaration de Paris sur le gel des avoirs.
Dans ce cadre, le Gouvernement du Mali prendra toutes les mesures. Il s’agit, notamment de la mise en place de mécanismes effectifs au niveau national qui permettent de coopérer efficacement avec la Cour dans le cadre des demandes de gel des avoirs, ainsi que de la sensibilisation et du renforcement des capacités des experts et des praticiens sur le gel et le recouvrement des avoirs et toutes les formes de criminalité transnationale organisée.

Mesdames et Messieurs,
Nous savons qu’aucun pays ni aucun système judiciaire national ne peut venir seul à bout des nouveaux défis de la lutte contre l'impunité. Cette lutte nécessite une coopération et une solidarité de tous les Etats et de tous les systèmes judiciaires, aussi bien nationaux qu'internationaux. Le Mali s'inscrit résolument dans cette voie et appelle de ses vœux le renforcement de cette dynamique.

Mesdames et Messieurs,
Dans le cadre de la complémentarité et de la coopération, le Mali, pays de situation, attend de la CPI, une assistance technique pour la mise à niveau des magistrats et enquêteurs du Pôle judiciaire spécialisé.

Monsieur le Président de l’Assemblée des Etats Parties, 
Mesdames et Messieurs,
La Cour pénale internationale est notre Institution à tous. Elle est l’expression de notre adhésion commune aux valeurs de justice. Elle traduit notre volonté partagée de dénoncer collectivement les crimes de masse et de nous assurer que les responsables soient traduits en justice. 
Je voudrais, pour terminer mes propos, exprimer de nouveau toute la satisfaction et tout le soutien du Mali à l'endroit de la Cour pénale internationale. Nous affirmons notre volonté de faire valoir la justice pénale internationale partout pour traquer les bourreaux de nos populations et soulager leur peine et celle de leurs proches. C'est notre combat. 
Ce combat est et doit être celui de toutes les Nations éprises de paix et de justice. 
Je vous remercie pour votre bien aimable attention.

Copyright © 2018. Ambassade du Mali à Bruxelles.Tous droits réservés.