Le commerce de l'or est prospère et le Mali regagne aujourd'hui son ancienne position comme l'Empire de l'or.

Les récentes découvertes de nouveaux gisements d'or a augmenté quatre fois la production d'or du Mali au cours des cinq dernières années. Mali se classe actuellement au troisième rang en Afrique en termes de production d'or derrière l'Afrique du Sud et le Ghana. La deuxième recette d'exportation après le coton, l'exportation de l'or est un secteur clé pour soutenir l'économie malienne. Les projections sur des quantités importantes d'or à être produites à partir des quatre domaines de Sadiola, Syama, Morila et Yatela, sont toutes encore à un stade de développement. L'investissement étranger a augmenté de façon spectaculaire dans le domaine minier en raison du fait que l'Etat malien reste relaxant vis-à-vis des investissements.

Le Mali dispose d'environ 46 millions d'hectares de terres arables, et est connu comme le deuxième plus grand exportateur de coton en Afrique après l'Egypte. Dans ces dernières années, plus de 600 mille tonnes de coton ont été produites chaque année, le produit intérieur brut du Mali tourne maintenant autour de la production de coton.

En plus de l'exportation du coton, l'industrie de transformation du coton est également en cours de développement, les investissements étrangers dans ce sens étant très bien accueillis.

Autres produits agricoles

La production agricole principale est le maïs et d'autres céréales pour la consommation intérieure. La production de riz est en augmentation suite au développement des zones sur le fleuve Niger en amont de la capitale Bamako. Les fruits tels que la mangue et l' orange, une variété de pommes de terre, 4.000 tonnes par an de miel et 200 tonnes par an de cire d'abeille sont produites. L'industrie agricole du Mali, actuellement dans le processus d'industrialisation, est une sphère qui a longtemps attendu des investissements étrangers et de l'aide technologique.

Pratiqué principalement par les Peuls et Touaregs, l'élevage s'élève à sept millions de têtes de bétail, dont six millions de têtes de moutons, neuf millions de têtes de chèvre et 300 mille têtes de chameaux. En dehors de l'élevage du bétail, plus de deux millions de têtes de volailles sont élevées. Chacune de ces chiffres pour le bétail et la volaille sont respectivement le plus élevé en Afrique de l'Ouest. Le nomadisme pastoral est la principale forme d'élevage, les éleveurs migrent avec leurs troupeaux sur de vastes étendues de l'Afrique occidentale. Les pratiques d'élevage sont actuellement en voie d'industrialisation, avec des peaux et autres produits transformés maintenant exportés.


La Pêche est centré sur les fleuves Niger et Sénégal où quinze mille tonnes de poisson fumé sont produites chaque année, dont une partie est exportée vers les pays voisins.