Les Maliens aiment danser, et pas seulement dans les festivals et les célébrations. Chaque fois qu'il ya un rassemblement et que l'ambiance est bonne, les gens vont immédiatement se mettent à danser. Les danses des masques sont effectuées dans des manifestations traditionnelles, mais des soirées dansantes et autres sont organisées au sein des familles et des quartiers dans le cadre de la vie quotidienne.

La danse nécessite des chansons et des instruments de musique et des musiciens (la station  des griots). Au Mali, il est considéré comme honteux pour quelqu'un autre qu'un griot de chanter ainsi le cours de musique ne fait pas partie des programmes scolaires.

Avant l'avènement de l'écriture, les griots étaient des conteurs qui utilisaient la musique pour raconter l'Histoire de Mali. Leur narration de l'Histoire de Mali et des familles élargies est héréditaire et exploitée à travers les générations. Ils seront toujours invités lors des fêtes organisées par des familles , où ils chantent des chansons louant les ancêtres de la famille et le chef de la famille. Pour leur chant, ils reçoivent de l'argent, les maisons, les voitures et autres rémunérations énormes.

Après avoir obtenu son indépendance de la France en 1960, la musique traditionnelle, niée pendant la période coloniale, a été réalisée à l'aide d'instruments de musique contemporaine, et est devenu la musique populaire. Sa popularité se reflète dans l'apparition des musiciens comme Salif Keita (exceptionnellement un musicien griot non héréditaire) et Mory Kante, ayant un énorme succès en Europe.

La musique de ces musiciens, intégrant les dispositions de la musique traditionnelle, est pleine de variété, de morceaux chantés tranquillement d'une voix douce à ceux dont le rythme vif donne envie de danser et appelle agréablement l'oreille étrangère. Les griots ont toujours chanté Histoire de Mali et doctrines de la famille. Ainsi, beaucoup de paroles de musique populaire contemporaine emploient des termes ethniques contenant des phrases vantant les rois des anciens royaumes, les termes excessivement moralisateur dans le ton, rappelant toujours le respect aux supérieurs ou évitant l'avidité. Néanmoins, tous les Maliens, sans distinction d'âge ou de sexe, sont friands de musique griot, des griots et la musique fait partie intégrante de la vie malienne.

Au cours des dernières années, il est devenu possible de trouver des CD de la musique malienne en Belgique et en Europe de l'Ouest .. Musiciens dans l'avant-garde de la musique populaire malienne ont également visité le Japon pour organiser des concerts, Salif Keita, Ali Farka Touré, Toumani Diabate etc en ont fait lors de quelques occasions. Beaucoup de Maliens profiter de la musique , plutôt que d'écouter les paroles moralisatrices.